Mettre à disposition auprès des autorités responsables des secours,un hélicoptère et un équipage 24h/24h, 365 jours par an, capable d’assurer les missions suivantes :

Missions de secours d’urgence et sauvetage (prioritaires)

  • Evacuations de personnes en détresse
  • Transport d’équipes de secours et de matériel spécialisé
  • Recherche, surveillance et coordination des secours

Autres missions de secours

  • Lutte contre les feux de forêts
  • Transports sanitaires inter hospitaliers à caractère d’urgence

Missions de police

  • Sécurité et prévention générale

Missions de prévention générale et d’assistance technique

  • Au profit d’autres administrations ou des collectivités locale

Activités

Une personne est secourue toutes les 33 minutes.

Chaque année, environ 17000 heures de vol sont effectuées.

En 2011: 17201 heures de vol pour 13518 personnes secourues

En 2010: 17048 heures de vol pour 12452  personnes secourues

En 2009: 17640 heures de vol pour 11798  personnes secourues

Ce qui montre un ratio Heure de vol/personne secourue en constant progrès.

répartie comme suis :

  • 12203 heures en missions de secours et de sauvetage, représentant : 14632 interventions, (année 2011)
  • 9000 opérations de treuillage de jour et de nuit.
  • 700 heures en missions de recherche
  • 1810 heures en missions de reconnaissance et 6715 heures en missions diverses dont la formation et l’entraînement des équipages .
  • 1500 heures de vol en IFR (vol aux instruments)
  • 2700 heures de vol sous JVN

20% des missions sont réalisées de nuit.

Depuis sa création, le Groupement Hélicoptères totalise, au 31/12/2011, 538000 heures de vol. Cela représente environ 415 000 missions de secours, et surtout, 286500 personnes secourues.

Déclenchement d’un secours en mer

Vous avez signalé une détresse sur la canal 16 VHF Marine.

Le CROSS (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage) décide une intervention par hélicoptère.

Préparation du bâtiment pour le treuillage

En attendant l’arrivée de l’hélicoptère:

– Sécuriser le bâtiment en arrimant les parties mobiles et en rangeant les effets pouvant s’envoler sous l’effet du souffle de l’hélicoptère;

– Si possible affaler les antennes et si nécessaire couper les câbles pouvant gêner le treuillage.

Dans le cas d’un voilier, affaler les voiles, sécuriser les bômes et se préparer à manoeuvrer au moteur;

– Maintenir une écoute radio permanente sur le canal alloué par le CROSS.

Contact radio avec l’équipage de l’hélico

Lors du premier contact radio avec l’équipage de l’hélicoptère il vous sera demandé de donner votre dernière position connue, si vous êtes manoeuvrant et si les préparatifs au treuillage ont été effectués. L’équipage vous transmet alors une heure estimée sur zone.

Arrivé sur zone, l’hélicoptère effectue un survol pour permettre à l’équipage de déterminer les modalités du treuillage et de vous fixer les éléments suivants:

– Route et vitesse à tenir;

– Zone de treuillage (plage avant, milieu ou arrière).

– Eventuellement mise à l’eau de votre annexe si le treuillage s’avère impossible sur le pont.

Chronologie du treuillage

 1) Descente du plongeur;

2) Descente éventuelle du médecin;

3) Descente de la civière (si nécessaire);

4) Conditionnement de la victime. Pendant cette phase, l’hélicoptère orbite à proximité;

5) Une fois le conditionnement effectué, l’hélicoptère se représente pour la remontée du médecin, puis de la victime et enfin, du plongeur.

Nota : durant toute cette chronologie il est demandé dans la mesure du possible de maintenir l’écoute radio.

Les différents moyens d’évacuation

– La sangle de hissage

(moyen le plus couramment utilisé pour l’évacuation de personnes conscientes et ne souffrant pas du dos)

La sangle est passée par le plongeur sous les bras de la victime qui doit, pendant toute la phase de treuillage maintenir les bras le long du corps. Cette position doit être gardée jusqu’à et pendant la rentrée dans l’hélicoptère, effectuée par le treuilliste.

– La civière hélitreuillable

Le conditionnement de la victime dans de la civière est effectué par le plongeur assisté éventuellement par le médecin.

Sécurité aux abords d’un hélico

Pour l’accueil d’un hélicoptère les consignes suivantes sont à observer :

  • Dimensions minimales de la zone de poser : 30 x 30 mètres;
  • Eviter les sols poussiéreux, sablonneux ou caillouteux. De même, éviter les surfaces meubles;
  • Vérifier que sur l’aire de poser retenue aucun objet ne pourra s’envoler en présence du souffle;

    Attention, sous un hélicoptère, le souffle correspond à un vent de 70 km/h.

  • Le personnel se trouvant à proximité de l’aire de poser doit avoir sa veste boutonnée, ses poches fermées et ne pas porter de vêtements risquant de s’envoler, tels que casquette,écharpe,…
    Il lui est conseillé de porter des lunettes pour éviter les projections dues au souffle du rotor;
  • N’approcher un hélicoptère qu’avec l’autorisation d’un des membres d’équipage;
  • Ne jamais aborder un hélicoptère par son secteur arrière. Dans cette zone vous êtes à proximité du rotor de queue et l’équipage ne peut vous voir;
  • Attention au devers et aux talus. Ils réduisent la garde entre le sol et les pales du rotor. Toujours aborder l’hélicoptère par le côté le plus bas;
  • Si vous transportez des objets assez longs, toujours les positionner à l’horizontale pour ne pas percuter les pales.
  • Baissez vous et ne courrez pas en approchant.
Les consignes ci-dessus sont données à titre d’informations et ne peuvent engager la responsabilité du Groupement d’Hélicoptères de la Sécurité Civile.